Pologne, mon expérience dans une fondation écologique
Carnets de voyage

Expérience dans une fondation écologique en Pologne

By on 11 septembre 2016

J’en parle assez souvent pour que vous l’ayez assimilé, mais dans le cas où vous ne seriez pas très assidu, j’ai travaillé neuf mois en Pologne en tant que volontaire (J’ai même écrit un article complet sur le SVE, programme m’ayant permis de partir). Mais bien que les événements à raconter sur mon rôle en tant que bénévole soient denses, je voudrais plutôt consacrer cet article à certaines activités externes à mon association. Et plus particulièrement à mes séjours au sein de la fondation écologique Camposfera.

En effet, Camposfera est l’endroit qui m’a donné l’occasion à plusieurs reprises, de me ressourcer, m’éloigner, et varier mes missions dans lesquelles je m’étais engagé. Parce qu’au final, peu importe le dévouement, l’amour, ou le contexte du travail que vous exercez, la routine s’installe toujours. Et c’est important de la ménager pour éviter qu’elle ne prenne le dessus sur vos passions.

Et justement, l’endroit où je vous emmène aujourd’hui est parfait pour aller à la rencontre du dépaysement le plus total…

PERDUS EN PLEINE CAMPAGNE

Les lieux sont situés à mi-chemin entre Kielce, la ville où moi et mes coloc’ vivions, et Cracovie. Il nous fallait approximativement une heure de train pour rejoindre Klimontów, le village où siège l’association en question. Quand on m’a annoncé la première fois que j’aurai à effectuer des missions ponctuelles dans un village excentré de la région, j’avoue avoir imaginé quelque chose d’assez proche du cliché de la vie campagnarde reculée. Lieu de vie détaché du monde et perdu au milieu de nulle part… Je ne pensais pas avoir autant raison à ce moment.

Expédition

Avec le recul, je réalise que notre première venue à la gare était déjà un indice important quant à notre réelle destination. Je ne saurai dire si me suis senti impressionné ou inquiet au moment où je découvris la boîte de conserve qui nous faisait office de moyen de transport. Le train rouillé et cubique aménagé de bancs et portes en bois était pourtant bien celui qui nous bringuebala jusqu’à Klimontów.

Fondation écologique Camposfera en Pologne - prendre le train

Le second indice nous parvenu à la descente du train. Aucun de nous n’étions vraiment certain qu’il s’agissait du bon arrêt du fait de l’absence totale d’annonces. Mais nous avons quand même choisi de faire confiance à la Polonaise assise à côté de nous. Toutefois, cela n’a été en rien rassurant au vu de l’endroit où nous étions. Le train s’était littéralement stoppé devant un champ. Nous avons passé 5 minutes à regarder autour de nous, perplexes, puis aveuglément suivis les locaux qui traversaient les voies vers d’autres champs. Apparemment une petite route s’y engouffrait, nous l’avons donc aussi prise.

Fondation écologique Camposfera en Pologne - champs enneigés

BIENVENUE À CAMPOSFERA

Après avoir remonté la longue rue en ayant croisé un tracteur, un chien, trois poules et un petit groupe de cochons (oui sérieusement), nous somme enfin arrivés sur le seuil de cette fondation écologique que nous ne pensions pas mettre tant de temps à trouver. Kuba, le mec le plus déjanté que j’ai jamais rencontré, nous y attendais accompagné de son chien Perón, tout aussi fou. Tous deux animés par notre présence nous prometaient déjà une bonne journée.

Mais avant de continuer, parlons des lieux dans lesquels nous nous sommes rendus. C’est quoi Camposfera en fait ?

Fondation écologique Camposfera en Pologne - chien

Là où nous sommes arrivés est l’emplacement d’une ancienne école, au sein d’un village d’à peine 200 âmes. C’est ici que Kuba, mentionné plus haut, et sa femme, ont choisi d’établir leur association afin de créer un espace dédié à la jeunesse et la communauté locale. De nombreux projets s’y déroulent depuis leur fondation, accueillant parfois des groupes entiers de personnes pour leur permettre d’élargir leurs horizons, tout en promouvant un style de vie simple et écologique.

Et l’endroit est absolument parfait pour ça. Les lieux s’apparentent à un véritable microcosme, un petit havre de paix fonctionnant à l’écart de tout, où chaque action se fait de manière tranquille et apaisée. Le stress n’existe pas à Camposfera. On se concerte ensemble pour bâtir quelque chose qui nous correspond, avant de se défouler avec le chien impatient. Puis on récolte le fruit du potager pour cuisiner le repas sain et copieux dont nous avons besoin. Pour enfin parler d’avenir assis dans l’herbe et terminer la journée devant un feu de bois sous le grandiose ciel étoilé de la campagne silencieuse.

Fondation écologique Camposfera en Pologne - activités

Nos activités

Je me suis cinq fois rendu dans cette fondation écologique en l’espace de neuf mois. Parfois simplement pour parler de nos ressentis (Kuba était officiellement le mentor de notre volontariat en Pologne), mais également pour nous faire participer à la vie de son association. Et étant quelqu’un de très partisan du « Do it yourself » (du bricolage quoi), la plupart de nos activités ont été très manuelles.

La réalisation dont je suis le plus fier reste sans conteste notre magnifique porte-manteau fait de cagettes, entièrement monté à la main. Bon ok… Peut-être pas super esthétique en soi, mais plutôt impressionnant quand on sait qu’aucun de nous n’avait déjà tenu une perceuse auparavant ! Et c’est ça qui est intéressant à Camposfera. Tout s’apprend pas à pas, au fur et à mesure que tu créés par toi-même. Cette oeuvre murale (parce que oui c’est une oeuvre), nous l’avons pensé de A à Z avant, de la poncer, peindre, percer et fixer d’après les conseils que l’on a suivi.

Fondation écologique Camposfera en Pologne - DIY

Jamais seuls

Kuba et sa famille accueillent très régulièrement des volontaires pour l’aider dans ces tâches ou dans d’autres projets relatifs aux missions de Camposfera. À chacune de mes venues, j’ai eu l’occasion de me familiariser avec des personnes provenant de Bolivie, du Mexique, du Portugal, d’Italie, de Roumanie, et même du Japon. La plupart d’entres eux étaient entrés en contact avec Kuba via la platforme Workaway, dont l’association possède une page. Si vous souhaitez aussi rejoindre leur petite famille pour un temps, je vous laisse le lien vers leur profil. L’expérience Camposfera ne pourra être qu’une aventure enrichissante.

TAGS
RELATED POSTS
Coco
France

Hey ! Je m'appelle Corentin et voici mon voyage. Cet incroyable blog sur lequel vous vous trouvez est l'endroit où je raconte mon histoire. À travers tous les endroits et toutes les choses que je vois autour du monde, je m’efforce de partager mon expérience. Suis mes aventures quotidiennes, et découvre avec moi l'essence du voyage.

Rejoins ma Newsletter
Sois le premier averti de mes aventures
Gratuit et sans conditions